Dorénavant, il est possible d’avoir constamment un beau jardin sans se ruiner. Avec le plan d’aide à la personne mis en place par l’État, les particuliers peuvent se relâcher sur les dépenses que génère un jardin. Désormais, il est possible de se permettre les services d’un jardinier de façon régulière. Ce qui est d’autant plus raisonnable afin de ne pas saler la facture de la prestation.

La déclaration des travaux de jardinage

Pour bénéficier de la réduction d’impôt proposé par le gouvernement, il faut faire appel à une entreprise de jardinage. Depuis 2017, ce crédit d’impôt pour les travaux de jardinage est de 50 % de la valeur des dépenses générées par la prestation. De cette façon, même les contribuables qui sont non imposables, à la base, peuvent bénéficier du remboursement suite à l’entretien de son espace vert.

La facture de jardinage n’est pas à adresser directement à l’administration fiscale. Pour bénéficier du crédit d’impôt et déclarer un jardinier, il faut se référer à votre déclaration d’impôt. Dessus, vous avez à cocher la case 7DB. Cette case se situe au niveau de larubrique réservée aux services à la personne et à l’emploi à domicile.

Les prestations éligibles à la réduction fiscale

Ce sont les prestations de jardinage classiques qui sont concernées par la déduction fiscale. Notamment, l’entretien du gazon et la tonte. Il y a aussi le bêchage, l’entretien des massifs, le désherbage, la taille des haies, l’apport d’engrais et le ramassage des feuilles. D’autres prestations comme l’arrosage et le déneigement sont également incluses dans la prestation.

Par contre, pour un dessouchage ou un élagage, vous ne pouvez pas obtenir une déduction fiscale. Ce sont des travaux de gros œuvres qui coûtent relativement assez cher. Or, l’État impose un budget annuel de 5000 euros par ménage concerné. La somme de ce plafond indiqué est répartie sur les 12 mois de l’année.

Ce qu’il faut savoir d’autre sur la prestation

Avant de bénéficier de l’avantage fiscal qui résulte de la prestation d’un jardinier, il y a des conditions à respecter. Entre autres, les travaux de jardinage doivent être effectués dans votre résidence principale ou résidence secondaire. Le service doit être effectué par une entreprise de service à la personne ou par un jardinier salarié qui propose un service éligible à la déduction fiscale.

Afin de présenter une preuve physique du paiement de la prestation, le client doit régler son jardinier par : chèque, virement, carte de paiement, prélèvement ou par Chèque Emploi Service universel (CESU).

Le CESU préfinancé ou E.-CESU est émis par les organismes ayant une habilitation par la Direction générale des Entreprises. C’est l’ancienne agence nationale des services à la personne. Il prend la forme d’un chèque à valeur indiqué. Ce titre de paiement est financé partiellement par votre tiers payeur. Il peut s’agir de votre employeur, de votre caisse retraite, de votre mutuelle ou d’autres sources. Ce geste vous donne droit au crédit d’impôt de 50 % sur l’ensemble de vos dépenses pour l’entretien de votre jardin. Tant que vous restez sur les travaux courants de jardinage bien sûr.